Bulletin d'adhésion 17-18
JIL bulletin d'adhésion 2017-2018.pdf
Document Adobe Acrobat 212.9 KB
Plan d'accès Jam au Parc
PLAN-Parc de la Tête d'Or.jpg
Image JPG 258.9 KB

Astuce: pour enlever cette publicité Jimdo, jetez-donc un oeil sur JimdoPro ou sur JimdoBusiness...

 

Présentation

G murmur'art (http://peinturesdecoratives.webnode.fr)
G murmur'art (http://peinturesdecoratives.webnode.fr)


 

Le contact improvisation est une pratique entre danse, sport et arts martiaux née dans les années '70 aux Etats-Unis, fondée par Steve Paxton et d'autres danseurs.

 

Les élements qui la distinguent sont: partage du même axe gravitaire, transvasement du poids, roulades, connexion à la terre mais aussi jeux, envols, portés, dans un flux  multiforme.

 

Il s'agit d'un langage d'improvisation.

La cellule de base est le duo .

Il ressemble à une conversation corporelle qui change et s'adapte à chaque fois...

un jeu de réponses et d'interdépendances.

    

Cette technique éduque à un corps éveillé, vigilant et conscient, connecté à soi, à son centre, au présent, à la relation à l'autre. Elle transmet force et douceur, disponibilité au lâcher-prise, elle ancre à la terre tout en développant la  fluidité et la légereté

 

Elle véhicule - dans son fond, dans son histoire -

une vraie philosophie du partage et de la coopération.

 

 

.......................................................

 

Histoire et CI (à partir de Nouvelles de danse N°38-39)

 

Le Contact Improvisation s'intègre dans le paysage de la danse post-moderne où la chorégraphie devient auto-réflexive et est intéressée par ce qui constitue l'expérience.

 

L'individu est considéré comme le concentré de la complexité de ses expériences corporelles qui sont elles-mêmes porteuses de leur propre signification (Cage-Cunningham)

 

Le Ci est né et a évolué dans le contexte d'une quête post-moderne pour l'individu réel, l'individu dans son intégrité.

 

On parle d'idiosyncrasie :

 

comportement particulier d'un individu face aux influences de divers agents extérieurs. En philo c'est l'ensemble de particularités et de traits de caractère propres à chaque individu qui représente ce qu'il est en tant qu'être conscient, ce qui définit son ontologie (Nietzsche)

 

La danse post-moderne c'est aussi des personnes comme Yvonne Rainer qui ont dit Non à toutes les formes de domination sociale ou d'intimidation dans les pratiques de la danse.

 

Paxton est un héritier de Rainer mais le CI comme travail sur l'intégrité de l'individu était implicite. Paxton se refusait à enseigner une morale. L'implicite est sous-tendu par la pratique elle-même où il s'agit de s'inscrire dans un espace d'expériences spécifiques qui induisent des préoccupations précises à propos de l'intention et de la concentration. En soi il n'y a pas de communication verbale même si la verbalisation et de nombreux écrits ont contribué à l'établissement de l'identité du CI mais une matière indéniablement politique. On peut conseiller l'ouvrage « Sharing the dance » de Cynthia Novack qui relate du climat artistique de l'époque. Elle évoque aussi les relations de poids comme une relation de solidarité entre partenaires et parle du CI comme la recherche d'une forme qui donne à vivre une aventure collective et qui intègre les notions de soutien mutuel, de support, de coopération. La pratique s'étend auprès de personnes avec un handicap et comprend la mixité des compétences physiques comme formatrice.

 

La pratique du CI est un investissement basé sur les questions posées par les dialogues de danse improvisée avec un accent sur les principes physiques et dont les composants de base sont les notions de matière, de force, d'espace-temps, d'énergie et ils sont gouvernés par la proprioception (perception individuelle), l'imagination, la sensibilité et la sensation. C'est un travail sur l'authenticité des lois de la nature. Il s'agit de former le sens pour que la désorientation devienne acceptable, et de former le corps à s'organiser et à prendre soin de lui-même pour vivre l'instant et répondre à ses besoins fluctuants, pour que les subtilités de l'instant ne soient pas ensevelies sous l’exécution du mouvement suivant. Le Ci peut aussi être considéré comme le défi d'exprimer l'enjeu personnel qui établi un lien subjectif avec l'évènement physique. La richesse de l'improvisation née de l'imagination est due à la réaction d'une personne à un événement physique ou à l'empathie qu'elle a avec cet événement.

 

« Avoir le courage de laisser faire les choses pour qu'elles nous transforment, qu'elles nous créent »

 

Lulla Chourlin

 

 

.......................................................................................................

 

 

 

Contact Improvisation: A Question?

 

Daniel Lepkoff
May 2008

 

 

DANIEL Lepkoff est un danseur, dance maker, improvising performer, enseignant et écrivain. Son travail porte sur tous les mouvements comme un dialogue physique finement réglé avec l'environnement. Il explore la forme et la composition de cette interaction comme un langage pour créer des danses. Il a développé des techniques basées sur cette approche qui forment une pratique de la danse ainsi qu'une recherche à travers des déplacement dans le monde. Il est connu pour son engagement à composer des œuvres de danse qui apportent le processus de mouvement de la vie sur la scène.

 

 

"Le stratagème de Steve Paxton consistait à mettre le corps du danseur dans des situations d'urgence exceptionnelles, désorientant, et souvent, couper l'herbe sous les pieds pour ainsi dire. Plutôt que d'un environnement prévisible et familier de soutien, telles que la semelle de son pied rencontrant la surface fixe du sol, en contact improvisation, on se retrouve dans des circonstances qui exigent un appui pour accéder à partir de n'importe quelle zone de son propre corps à la surface, en contact physique avec une zone de surface du corps d'une autre personne, qui sont tous deux en mouvement. Dans cette situation on ne peut pas compter sur les habitudes, les réflexes prennent le relais, et le reste appartient à l'histoire.

 

La technique sous-jacente nécessaire à la préparation et à survivre aux surprises d'un duo de Contact Improvisation est de poser et d'entretenir une question:

 

Qu'est-ce qui se passe lorsque je bouge?

Où est mon centre?

Où est le bas?

Quelles surfaces de ma peau sont touchées ou touchent?

Lesquelles de ces surfaces offrent un soutien?

Où puis-je croire que je vais?

Où suis-je capable d'aller?

Qu'est ce que je ne sais pas, en quoi ne suis-je pas alerte? ... Et ainsi de suite

Cette remise en cause, plutôt que formulé dans l'esprit verbal est formulé et réside dans les tissus de l'organisme: les os, les muscles, les organes, les nerfs et le cerveau.

 

Qu'est-ce qui se passe quand, après quelques années de pratique, ce qui était autrefois une situation d'urgence imprévisible devient familier? C'est arrivé à ce point, moment accessible assez rapidement, que la direction et la nature essentielle de Contact Improvisation est à gagner. Les voies de circulation jamais vus auparavant, des sensations encore jamais expérimentés physiques, ou les relations encore jamais imaginées avec une autre personne qui se dégagent de l'expérience de la danse contact improvisation peuvent tous être considérés comme une définition de l'œuvre, plutôt que la remise en cause physique qui est la terre de cette abondance de sources matérielles innovantes.

 

Si le Contact Improvisation est l'acte physique de poser une question sur les circonstances présentes propre, alors le travail est toujours vaste et a des applications à danser bien au-delà de la manifestation de l'interaction duo.

 

Que peut-on visualiser lors de la saisie d'un duo Contact Improvisation. Que devez-vous savoir? Qu'est-ce que vous imaginez?"

 

 

extraits traduits du texte de Daniel Lepkoff www.daniellepkoff.com

 

 

 

.........................................................................................................................